La virtualisation pour les nuls

Par Cyrès - 30 novembre 2010

Quel informaticien n’a jamais entendu parler de virtualisation ? Très peu, tant le concept de virtualisation dans le cloud est ancré dans les pratiques et le secteur de l’IT.
Par contre, combien de personnes connaissent réellement la finalité de la virtualisation ? C’est ce que nous allons vous expliquer dans cet article.

Depuis quelques décennies maintenant, l’informatique n’a cessé d’occuper une place de plus en plus prédominante dans l’entreprise avec des utilisateurs ayant toujours besoin de plus d’espace de stockage, de rapidité de traitement de l’information et de services. Qui dit besoin de performance, dit ressources informatiques et plus particulièrement ressources matérielles. La virtualisation n’étant finalement que le procédé d’exploitation et d’optimisation des ressources matérielles venant juste après.

De la sous-exploitation d’un serveur vers sa virtualisation

L’avènement des produits Windows n’a fait qu’amplifier ce phénomène en rendant l’informatique « accessible à tous ». Un phénomène a été constaté au sein de l’entreprise : la multiplication des serveurs et des postes de travail avec ce que cela peut entraîne en termes de maintenance, de problèmes divers, mais également en termes de besoins de ressources électriques et de refroidissement.

Bien que la solution « Achetons un gros serveur pour tout faire ! » puisse sembler séduisante, elle pose cependant un problème de taille : celui des applications. En effet, il est désormais coutume, pour des raisons de sécurité et de compatibilité, de compter à l’unité : une application a son système d’exploitation et son serveur physique. Qui plus est, le couple [système d’exploitation (SE) – serveur physique] était jusque-là indissociable car le SE a besoin de « voir » le matériel pour fonctionner.

Bien sûr, tout ceci est quelques peu caricatural car heureusement nous parvenons à faire fonctionner plusieurs applications sur un seul système d’exploitation ; mais pour un serveur bien exploité, combien sont sous-exploités ?

virtualisation-serveur
Virtualisation de serveur

 

Pour ne rien arranger, la multiplication des cœurs dans le processeur et les quantités de mémoires vives ne cessant de croître, la tendance s’oriente vers une sous-utilisation généralisée des serveurs. Une étude récente a estimé que l’utilisation moyenne des ressources physiques d’un serveur se faisait à hauteur de 15% de ses capacités. Oui, vous avez bien compris, 15%. Ce qui signifie qu’un serveur n’exploite pas 85% de ses capacités informatiques le reste de son temps. C’est là que la virtualisation entre en jeu.

La virtualisation pour les nuls

Pour se représenter le concept, la virtualisation est un peu ce qu’est le covoiturage à l’automobile. En comparant le système d’exploitation à un passager et le serveur à la voiture, il est aisé d’imaginer qu’un monospace avec 4 passagers est bien mieux utilisé que 4 citadines avec son seul conducteur. Il consommera certes un peu plus, mais toujours moins que 4 automobiles. Sans compter que globalement, cela occupera moins de place sur la route. Et bien, la virtualisation c’est grossièrement la même chose : pouvoir faire fonctionner plusieurs systèmes d’exploitation en même temps sur un seul serveur physique, en faisant « croire » au système d’exploitation qu’il possède son propre matériel : la fameuse machine virtuelle (VM).

Les plus perspicaces d’entre vous (où l’inverse) vont tout de suite se poser la question qui tue : « Super, à quoi ça sert ? ». Et là je répondrais : « Comme pour les voitures : on optimise l’espace, la consommation, la puissance ! En bref : on optimise son utilisation pour ne plus exploiter le serveur à 15% mais plutôt à 85% ! »

Dans ce domaine, force est d’admettre que l’installation de machine virtuelle réalisée jusque là avec le produit Workstation, VMWare a depuis bien progressé et surtout à su imposer son expertise dans le domaine. Bien entendu, plusieurs acteurs connus (Microsoft, Citrix, Oracle) se sont joints à la partie avec des produits plutôt efficaces mais qui restent clairement en net retrait du point de vue des fonctionnalités. Bref, VMWare a su proposer les bons outils qui nous permettent à nous, administrateurs, de nous sentir plus sereins face à des utilisateurs qui en veulent toujours plus.

Enfin, bien que la virtualisation puisse sembler être le paradis de l’administrateur système, il n’en reste pas moins qu’elle présente, comme dans beaucoup de nouvelle-techno, des perversions. Je pense entre autre à la multiplication à outrances des machines virtuelles.

 

Cyrès

Cyrès

Page Linkedin Cyrès

Facebook

Twitter

Calendrier

juin 2017
LMMJVSD
« Mai  
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930