Architecture Druid

Par - Publié le Modifié le

Apache Druid est une base de données analytique axé temps réel offrant la possibilité de persister des quantités de données immenses et d’en extraire de l’information à une vitesse hallucinante, le tout couvrant de nombreux use cases, Druid aurait donc tout pour plaire. Creusons l’architecture d’apache Druid ensemble.

La dernière version stable de Druid est la 0.20.0 ; il est utilisé en production par de grands groupes tel que AirBnB, eBay, Cisco ou encore Netflix. La technologie reste assez récente, Druid naît en 2011 en tant que produit de Metamarkets et devient open-source en 2012, Druid est sous licence Apache depuis Février 2015. Druid est de plus en plus utilisé car il tient ses promesses en termes de performance, près de 100 fois plus rapide que les solutions de bases de données plus connus comme Hive ou Presto durant le Star Schema Benchmark.

Devant de telles promesses, plus le fait que Druid est intégré dans la Cloudera Data Platform (CDP), le but de cet article est d’expliquer quelques mécanismes de fonctionnement, pour vous donner un tour d’horizon des possibilités qu’offre ce produit.

L’architecture d’Apache Druid

Le premier point à évoquer est l’architecture de Druid en elle même ; l’écosystème est divisé en plusieurs parties, chaque partie peut être déployée dans des hôtes différents, permettant à Druid de fonctionner dans un environnement distribué.

Druid architecture
Architecture Druid

On notera le terme « process » qui est utilisé à plusieurs reprises sur le schéma, ce terme est repris de la documentation officielle. Ça veut dire que les composants Druid peuvent être déployés de manière colocalisé ou indépendante. La suite de l’article utilisera le terme process pour éviter la confusion.

Nous allons ensuite expliquer les différentes processes, cela peut être flou au départ au vu des termes utilisés, mais au fur et à mesure de la lecture, cela sera de plus en plus clair.

Master

Coordinator

Le but du coordinator est de faire en sorte que les segments de données sont bien distribués correctement entre les Historical Processes, c’est-à-dire l’allocation des données initiale, la suppression, le transfert depuis le Deep Storage, la Replication ainsi que le Balancing. Cela se fait en se basant sur trois types de règles : Load Rules, Drop Rules et le Broadcast Rules.

Overlord

L’overlord, bien que ce nom soit badass, il s’agit en fait du gestionnaire de tâches (Task Manager). Les tâches sont les unités de travail dans Apache Druid qui couvre des opérations comme le commencement et la coordination de l’ingestion de la donnée.

Query

Broker

Les brokers sont le premier point de contact pour les requêtes, ils font en sorte de découvrir où se trouve la donnée et de les compiler à partir des différentes sources où elle réside afin de les fournir au client demandeur. Un router est une fonctionnalité expérimentale qui agit en tant que proxy pour les autres processes.

Data

Historical processes

Les Historical processes conservent les données interrogeables.

Middle-Manager

Le Middle-Manager prend soin d’ingérer (dans ce cas, on dit également indexer) la donnée, mais il participe également à fournir la donnée aux brokers si l’ingestion de la donnée se fait par le biais d’une tâche de type streaming/temps réel (comme Kafka).

 

Persistance de la donnée

Nous allons maintenant nous plonger dans le sujet principal : comment la donnée arrive dans cette architecture Druid.

Data ingestion

La première chose à savoir est que Druid est celui qui récupère la donnée elle-même en effectuant des tâches d’indexation, il existe deux types de tâches d’indexation :

    • Tâches d’ingestion Streaming / Temps réel
      • Donnée directe et continue comme avec Apache Kafka ou AWS Kinesis par exemple
      • Seulement pour ajouter de la nouvelle donnée
    • Tâches d’ingestion Batch
      • Opérations d’ingestion en one shot à partir de sources comme Amazon S3, Google Cloud Storage, HDFS, fichiers en local
      • Peut être également utilisé pour écraser la donnée existante (overwrite)

La donnée qui est importé via les tâches atterrit dans ce qu’on appelle des Datasources, ce sont des éléments analogues aux tables des bases de données traditionnelles. La donnée des Datasources est partitionée en Segments, c’est un set de données groupées par temps. En coulisse, un Segment est un fichier au format colonne où l’index est, par défaut, le timestamp.

Druid data
Organisation des données Druid

Les Dimensions représentent la donnée, et les Metrics sont les informations agrégées dérivées de la donnée.

Le diagramme ci-dessous illustre le cheminement de la donnée, commençant par la source d’entrée jusqu’au Historical Process, le process responsable de répondre aux requêtes.

Druid requests workflow
Diagramme de cheminement de la donnée

Le diagramme peut être intimidant à première vue, voici ce qui se passe :

    1. Des données arrivent en continu depuis n’importe quelle source. Elles peuvent être préalablement transformées et enrichies.
    2. Une fois que le traitement est terminé, la donnée est envoyée dans la tâche d’indexation temps réel. La tâche conserve la donnée en mode ligne de mémoire et s’il y a une requête qui arrive entre temps, la donnée pourra être interrogée depuis ces nœuds temps réel.
    3. La requête touchera d’abord le Broker Node, ce Broker Node verra qu’il a de la donnée dans la tâche d’indexation temps réel et le Broker Node enverra la requête vers la tâche. En réponse, la tâche d’indexation temps réel renverra le résultat au Broker Node et l’évènement sera visible sur le tableau de bord.
    4. Si la donnée est restée dans les tâches d’indexation depuis un moment, les tâches vont créer un format orienté colonne, aussi appelé un Segment Druid. Ces segments seront transférés vers le Deep Storage. (Note : le Deep Storage peut être n’importe quel système de fichiers distribués, il peut être utilisé comme un moyen de backup permanent des Segments de données).
    5. Une fois la donnée présente dans le Deep Storage, elle est ensuite chargée dans les Historical Nodes. Une fois fait, les tâches d’indexation vont voir les Segments chargés dans les Historical Nodes, ils vont ainsi libérer les Segments qui sont stockés dans leur mémoire. Donc si une requête arrive, les données proviendront des Historical Nodes.
    6. Druid exploite les Coordinator Nodes pour gérer où les segments ont besoin d’être chargés. Ils sont responsables de coordonner la donnée à travers les différents Historical Nodes. Les Coordinators Nodes sont également responsables de la gestion de la réplication de la donnée. Il est possible de configurer des règles de chargement de données. Par exemple, on peut établir une règle qui veille à ce que l’équivalent d’un mois de données soit chargé dans les Historical Nodes avec les Coordinator Nodes.
    7. Zookeeper est utilisé pour la communication en interne avec les composants, il permet également les failovers.
    8. Il y a une dépendance externe sur le Metadata Store. Ça peut être une base de données MySQL ou Postgres. Il permet de stocker la métadonnée des Segments Druid, c’est-à-dire la taille des segments, leur localisation dans le Deep Storage ainsi que le schéma de la donnée.
    9. L’overload remet la tâche d’indexation au Middle-Manager, ce dernier prend soin de récupérer la donnée à partir de sa source, composant ainsi des Segments de données.
    10. La donnée segmentée est persistée dans le Deep Storage, ensuite une entrée correspondante est créée dans le Metadata Store ; cette entrée garde une trace de la taille des segments, leur localisation dans le Deep Storage ainsi que le schéma de la donnée.
    11. Le coordinator interroge périodiquement le Metadata Store pour voir quelles données ne sont pas encore disponibles et les copie dans le Deep Storage vers un ou plusieurs Historical Processes.
    12. Dans le cas où la donnée vient d’une tâche Streaming, après avoir été segmentée, elle sera déjà interrogeable pendant un court laps de temps, jusqu’à qu’elle soit également copiée dans un Historical Process.

Ré-indexation de la donnée

Comme mentionné un peu plus tôt, les tâches d’indexation batch sont les seules qui peuvent être utilisés pour écraser la donnée déjà ingérée. Ceci peut être effectué pour de la donnée initialement ingérée par le même type de tâche d’indexation, ou par des tâches d’indexation streaming. Les tâches d’indexation Streaming, cependant, ne peuvent pas être utilisées pour écraser de la donnée.

Suppression de la donnée

Pour compléter le cycle de la donnée, nous allons rapidement mentionner que supprimer de la donnée depuis une Datasource implique deux étapes :

  1. Marquer la donnée en tant que « unused » (non utilisée)
  2. Créer une tâche « kill » (Tuer !) qui cherche de la donnée marquée comme non utilisée, puis la supprime définitivement, même dans le Deep Storage

La fréquence ou la quantité de donnée à supprimer est configurable via le Drop Rules du coordinator.

Interrogation de la donnée

Comme mentionné précédemment, la donnée pouvant être interrogée provient de tâches d’indexation Streaming, ou des Historical processes. Les requêtes proviennent des Brokers, qui identifie quels Historical/Middle-Manager processes possèdent les segments cibles et fusionne ces segments.

Une des raisons pour laquelle l’architecture de Druid permet de hautes performances, est la suivante : avant de lire quoi que ce soit, les requêtes passent par trois processes filtre :

  • Identification des segments nécessaires ainsi que leur localisation pour être récupérés
  • Dans chaque segment, utilisation des indexes pour identifier quels lignes doivent être accédées
  • Dans chaque ligne, accès seulement aux colonnes pertinentes aux requêtes

Et maintenant, à quoi ressemble ces requêtes ?

Druid fournit deux méthodes pour interroger la donnée :

  • Druid SQL
  • Requêtes basées sur JSON

Dans cet article on se focalisera sur Druid SQL.

Druid SQL

Druid SQL est la partie SQL intégrée de Druid, elle est basée sur Apache Calcite. Il n’est pas nécessaire d’apprendre un nouveau langage pour interroger la donnée sur Druid. Ça veut dire, par exemple, que les requêtes SELECT supportent les mots-clés FROM, WHERE, GROUP BY, HAVING, ORDER BY, LIMIT, UNION ALL, EXPLAIN PLAN, ainsi que les sous-requêtes.

Dans la documentation de Druid, un dataset Wikipédia est souvent utilisé pour illustrer les exemples, voici à quoi ressemble une requête SQL :

SELECT “page”, COUNT(*) as “count” FROM “wikipedia” GROUP BY 1 ORDER BY “count” DESC

Ici, “wikipedia” se réfère à la DataSource, et “page” à la colonne de la DataSource.

Pour effectuer des requêtes plus complexes, les fonctions sont également supportées, comme les fonctions scalaires (ABS, CONCAT, CURRENT_TIMESTAMP, etc…) ainsi que les fonctions d’agrégation (SUM, MIN/MAX, etc…).

Conclusion

L’article avait pour but de décrire en détail l’architecture d’Apache Druid, pour mieux comprendre les optimisations mises en place pour obtenir les performances promises.

Il ne faut pas oublier que Druid est toujours en version majeur 0, et selon leur documentation, des changements incompatibles peuvent se produire entre deux versions mineures.

Si vous souhaitez vous renseigner davantage sur Druid, voici quelques liens pour continuer votre prise d’informations :

 

 

Cet article vous a plu ?

Inscrivez-vous à notre newsletter pour être alerté de nos prochaines news !



Partager l'actualité sur

Page Linkedin Cyrès

Facebook

Twitter

03/03/2021 @ 14:53
Vous vous demandez ce que veulent dire les termes DevOps, DevSecOps, CaaS ? Quels sont les bénéfices liés à la mise en application de ces approches / modèles au sein d'une entreprise ?
Voici un bon point de départ pour voir vos problématiques autrement : https://t.co/vQDZbYXRDt https://t.co/DnGjtuQuWt
cyresgroupe photo
02/10/2021 @ 12:56
[Cas d'usage 📌]

Gestion de la saisie des temps : on vous montre comment intégrer des rapports CSV via Nifi
dans une table Impala ! Ampoule électrique

Au programme : pagination REST, transformation Jolt et monitoring

#Nifi #bigdata #usecase

https://t.co/xMyWiP0GLl https://t.co/M0Ri0gLCQy
cyresgroupe photo